course a pied périostite tibiale

Course à pied : vaincre la périostite tibiale

Juin 2020

Chez Équilibre, les coureurs nous consultent pour des douleurs aux jambes qui réapparaissent immanquablement avec le retour du beau temps. L’un des coupables? La périostite tibiale.  

Cette douleur qui se manifeste comme une brûlure au niveau du tibia, et plus précisément le muscle du tibia antérieure, commence de façon insidieuse et augmente souvent avec l’entraînement. On la soulage – mais on la guérit rarement – avec du repos, de la glace ou des anti-inflammatoires.  

Qu’est-ce qui cause la périostite tibiale?

La périostite fait peu de distinction entre le coureur du dimanche et le marathonien. Les sportifs de tous les niveaux souffrent en effet de ce mal sournois, déclenché par plusieurs facteurs : 

  • La technique de course;
  • La gestion de l’entraînement;
  • Le type de chaussures;
  • La posture et la biomécanique à la course. 

C’est là où les professionnels d’Équilibre entrent en jeu.

periostite-tibiale-douleur-course-pied-jambe

Première étape : l’évaluation posturale et biomécanique

L’évaluation posturale et biomécanique permet de déterminer si le muscle du coureur est en position de stress lors de sa course. Le travail des orthésistes est de s’assurer que ce muscle ne force trop ou incorrectement. 

Étant donné que le muscle tibial est lié à l’arche plantaire, l’orthésiste doit étudier l’alignement, les points de pression, cibler les débalancements et les asymétries. Dans ce cas-ci, c’est précisément la pronation excessive, c’est-à-dire le mouvement de rotation du pied vers l’intérieur, qui doit être contrôlée pour limiter les impacts et éviter la douleur.

Toutefois, si la douleur persiste, un rendez-vous chez le médecin s’impose pour obtenir un diagnostic. 

Deuxième étape : le choix de la bonne orthèse

Plusieurs orthèses plantaires ont été développées spécifiquement pour les coureurs chez Équilibre. Elles ont notamment été conçues avec une arche interne plus souple où les biseaux correcteurs assurent l’essentiel de l’alignement postural et contrôlent le mouvement. Le stress est ainsi diminué, permettant d’éviter les blessures à répétition liées à la périostite tibiale. 

Comment débuter l’entraînement?

Pour éviter de renouer avec cette blessure dès vos premières sorties, assurez-vous d’y aller progressivement. Écoutez votre corps: prenez le temps de vous échauffer et soyez attentifs aux signes de douleur, il ne sert à rien de vous entêter à courir en pensant dompter la douleur. C’est impossible. Donnez-vous le temps de vous reposer.

Évitez aussi de vous entraîner sur des surfaces inhabituelles ou trop dures telles que le sable ou le bitume. Choisissez les bonnes chaussures, et changez-les si elles présentent des signes d’usure. On devrait changer nos chaussures de course après 725 km*.. 

Si la douleur revient, arrêtez votre entraînement, appliquez de la glace et prenez rapidement rendez-vous avec un professionnel. Vaut mieux manquer quelques séances et revenir en force que d’hypothéquer sa saison, non?

* * *

À noter: les orthésistes travaillent sous ordonnance médicale. Une consultation avec votre médecin est nécessaire à toute démarche.

 

*.https://www.asics.com/fr/fr-fr/running-advice/changing-your-running-shoes-knowing-when-is-the-right-time/