Témoignage: Sonia raconte comment elle a bravé le Kilimandjaro pour la bonne cause

« Je fais du ski alpin, de la raquette, de la marche, du ski de fond, de la natation, du vélo…», dit Sonia, qui a toujours été active. À 52 ans, l’infirmière avoue tout de même avoir été affectée lorsqu’elle a commencé à souffrir d’un Névrome de Morton.

 

Cette compression de nerfs dans les pieds provoque des douleurs qui se propagent dans tout le pied, ce qui obligeait Sonia à retirer ses chaussures très régulièrement afin de remettre ses orteils en place. «Toutes les heures, je retirais mes bottes pendant 5 à 10 minutes. C’était assez épuisant», confie-t-elle. Bien qu’elle a persévéré et décidé de poursuivre ses activités physiques, son problème a continué à la déranger dans ses mouvements, et elle ne pouvait plus marcher trop longtemps.

 

undefined

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une solution

Puisque Sonia est une infirmière auxiliaire, elle connaissait Équilibre depuis longtemps, car sa clinique référait souvent des patients avec des problèmes biomécaniques. Après avoir ressenti des douleurs de manière intermittente pendant longtemps, elle s’est finalement décidée à aller consulter un orthésiste chez Équilibre. Depuis, elle est équipée d’orthèses qui lui permettent de marcher tant qu’elle le veut sans que son pied lui fasse mal.

undefined

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Kilimandjaro: une aventure hors du commun

Avant d’effectuer cette magnifique ascension, Sonia a dû se pratiquer en faisant des randonnées sur d’autres montagnes. «Évidemment, ça demande de l'entraînement! Moi je suis une skieuse, je ne monte pas les montagnes: je les descends!» dit-elle en riant. Elle s’est entre autres aventurée sur le Mont-Tremblant, le mont Washington, le Mont-Saint-Bruno ainsi que le mont Saint-Hilaire avant de s’aventurer sur le Kilimandjaro.

 

C’est dans le cadre du challenge de la Société de recherche sur le cancer, qui récolte des fonds pour la recherche, que Sonia a effectué son ascension qui a duré pas moins de 8 jours. «À la fin de l'ascension, on se sent accompli, dit-elle. C’est une réelle victoire!»  Pour elle, sans orthèses, l’ascension aurait été difficile, voire impossible. Prochainement, Sonia se prépare pour un trekking à travers l’Islande, également organisé dans le cadre d’une levée de fonds pour la recherche contre le cancer.

 

undefined