Trouver une clinique Prendre rendez-vous
5 questions et réponses pour mieux comprendre l’apnée du sommeil

Santé et bien-être

5 questions et réponses pour mieux comprendre l’apnée du sommeil

March 30th, 2021

Selon l’Association pulmonaire du Québec, une personne sur 20 serait diagnostiquée avec de l’apnée obstructive du sommeil alors qu’au Québec, un individu sur 10 en souffrirait. Nous avons discuté de ce trouble du sommeil encore méconnu d’une grande partie de la population avec Andrée-Anne Boutin, inhalothérapeute et superviseure clinique chez Équilibre.


D’abord, qu’est-ce que l’apnée obstructive du sommeil?

Il s’agit d’un trouble du sommeil qui occasionne des épisodes de fermeture partielle ou complète des voies aériennes supérieures, ce qui vient altérer l'oxygénation sanguine du patient en plus d’avoir une influence sur sa fréquence cardiaque et sa tension artérielle. La plupart des personnes qui souffrent d’apnée obstructive du sommeil n’arrivent pas à atteindre les stades les plus profonds du sommeil et donc, n’ont pas l’impression d’avoir un sommeil réparateur.

Qu’est-ce qui cause l’apnée du sommeil?

L’apnée du sommeil est multifactorielle. Le surplus de poids, l’âge et la morphologie de base du patient, principalement du côté des structures molles au niveau des voies respiratoires supérieures, peuvent être quelques-uns des facteurs pouvant déclencher celle-ci. Par exemple, un menton reculé pourrait provoquer l’apnée du sommeil. Considérant que la morphologie d’une personne est souvent similaire à celle d’un parent, une personne dont les parents souffrent d’apnée du sommeil en raison de leur morphologie est prédisposée à en souffrir elle aussi.

La prise de médication comme les anti-douleurs, les relaxants musculaires, les antidépresseurs ou les anxiolytiques peut également amplifier l’apnée du sommeil.

Comment savoir si on souffre d’apnée du sommeil?

Le sommeil non récupérateur, la fatigue excessive, l’hypertension, les difficultés de concentration, les céphalées matinales et les symptômes dépressifs figurent parmi les symptômes les plus fréquents. Ceux-ci ne sont toutefois pas ressentis par tout le monde, ce qui peut expliquer qu’une personne qui souffre d’apnée du sommeil n’en remarque aucun chez elle.

Certains symptômes peuvent également être observés par les personnes qui dorment avec quelqu’un qui souffre d’apnée du sommeil. C’est notamment le cas des conjoints ou conjointes qui remarquent que leur partenaire arrête de ronfler et/ou de respirer pendant quelques secondes. Il est cependant important de ne pas confondre le ronflement et l’apnée du sommeil. Une personne pourrait très bien ronfler sans que ce ne soit problématique. Dans le cas de l’apnée du sommeil, le ronflement a un impact sur la qualité de la respiration, l’amplitude respiratoire ou la saturation de fréquence cardiaque.

Quels sont les risques de l’apnée du sommeil?

Les plus gros risques sont cardiovasculaires. Par ailleurs, les personnes souffrant d’apnée du sommeil sont plus à risque de développer un diabète de type 2, de l’hypertension artérielle et de l’hypersomnolence diurne. Dans le dernier cas, il arrive que certaines personnes tombent endormies même lorsqu’elles luttent contre le sommeil, ce qui est particulièrement dangereux chez les personnes qui exercent un métier à risque comme les camionneurs, les ambulanciers, les policiers et les grutiers qui ont besoin de toute leur concentration sur la route.

Comment traite-t-on l’apnée du sommeil?

L'apnée du sommeil est facile à traiter. Elle est principalement traitée par les appareils à pression positive continue (PPC), communément appelés les appareils CPAP, dont le taux de réussite se situe au-dessus de 90 % lorsque le patient est en mesure de bien s’adapter à ceux-ci. Ces appareils envoient de l’air de manière continue ce qui crée une pression dans les voies aériennes pour maintenir les structures molles dégagées et ouvertes. Les plaques d’avancement mandibulaires peuvent également être une solution. En dernier recours, la thérapie positionnelle peut aussi aider à traiter l’apnée du sommeil chez certains patients. Celle-ci consiste simplement à changer la position des patients qui souffrent d’apnée du sommeil lorsqu'elles dorment dans une position précise, souvent sur le dos. Dans le cas où aucune de ces thérapies ne fonctionne, ce qui est plutôt rare, un patient pourrait également avoir recours à une chirurgie.

Bien que les réponses à ces cinq questions puissent certainement vous en apprendre davantage sur l’apnée obstructive du sommeil, celle-ci demeure un trouble respiratoire dont les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre, ce qui explique que les examens pour la détecter soient aussi complets.

Consultez notre page sur le service d’apnée du sommeil pour en apprendre davantage.

----------

ANDRÉE-ANNE BOUTIN

Alors qu’elle a obtenu son diplôme en 2012, Andrée-Anne a commencé sa carrière aux soins intensifs cardiaques néopédiatriques du CHUL, à Québec. Depuis plusieurs années, elle partage ses connaissances à la relève et enseigne la cardiologie et les soins critiques néonatalogiques et pédiatriques dans des cours d'inhalothérapie. Elle s’est jointe à la grande famille Équilibre presque en même temps que le service d’apnée du sommeil, offert dans plusieurs cliniques depuis 2017. Elle est inhalothérapeute et superviseure clinique et donc, s’assure d’accompagner les inhalothérapeutes en fournissant les réponses à toutes les questions cliniques qu’ils pourraient avoir.


Appointment